Speaker : le jour J !

21 mars 2017speaker, conference

Voici enfin venu le jour J !

Vous avez préparé pendant des semaines ou des mois, vous avez répété plusieurs fois, vous êtes sur place, votre matériel est prêt… Il reste juste à parler !


Quelques cas de figure :

  • Passer le premier jour : le meilleur cas possible pour moi ! Une fois ma conférence donnée, je peux me détendre et profiter plus sereinement de la suite de l’évènement. J’ai aussi plus de temps pour discuter avec les visiteurs ou répondre à des questions suite à ma présentation.
  • Un matin : dans la même veine, je profite mieux de l’après-midi si j’ai déjà donné mon talk.
  • Le second matin : après une soirée communautaire ? Pas toujours facile de réveiller le public ! Veillez à abréger les festivités, pour être en forme !
  • Dernière demi-journée : dommage, vous allez penser à votre conférence pendant toute la durée de l’évènement ^^

En fait, vous aurez rarement le choix du moment où vous donnez votre conférence, qui s’inscrit dans un programme défini par l’équipe d’organisation. À vous de vous adapter !


Avant l’évènement, j’ai exporté mes slides et autres supports vers une clé USB. Je garde celle-ci dans ma poche — et pas dans le sac de mon PC. Cela peut servir si ma machine tombe en panne au mauvais moment ou si je l’égare1.


Le jour où vous présentez votre sujet, vous serez stressé.

Le niveau de stress varie selon les personnes, mais il ne sera probablement pas nul, en particulier si c’est votre première fois2 ! Et j’ai envie de dire que c’est normal : notre éducation nous a rarement encouragés à prendre la parole en public.

Ce stress se manifeste différemment chez chacun. Voici quelques possibilités :

  • Vous pouvez être réveillé de bon matin — ça m’arrive3 quand ma conférence est en début de journée. En prévision : couchez-vous tôt la veille au soir, pour être suffisamment reposé quoi qu’il arrive !
  • Vous aurez peut-être subitement la bouche complètement sèche. Difficile de parler dans ces conditions. Ayez une bouteille d’eau à proximité4 !

Au risque d’avoir l’air un peu bête aussi : le stress5 peut jouer sur la vessie ou sur le système digestif. Allez aux toilettes avant votre présentation !


Alors que le stress commence à monter, il m’arrive de sauter la session qui précède la mienne. J’en profite pour m’isoler et bénéficier d’un peu de calme6 ou pour discuter avec quelques personnes7. Puisque quasiment tout le public assiste à la conférence en cours, c’est un bon moment pour faire le tour des sponsors.

Vous êtes le mieux placé pour connaitre vos besoins, mais selon : mangez peut-être un bout (mais pas trop !) une ou deux heures avant votre tour sur scène, pour éviter de vous retrouver à court d’énergie en plein milieu de votre présentation ;-)

Enfin, pour les drogués, sachez où vous en êtes de votre consommation de caféine (idem pour les fumeurs, j’imagine), pour éviter le crash pendant que vous présentez… Même si l’adrénaline donne un coup de boost salvateur.


Le moment de passer sur scène approche ! Voici quelques étapes préparatoires que je reproduis quasi systématiquement :

  • Sur mon PC, je ferme tout, sauf ce dont j’ai besoin pour présenter. Je vise à éviter toute notification qui ne devrait pas s’afficher et cela fera autant de programmes qui ne viendront pas ralentir ma machine ou manger de l’autonomie.
  • Je bascule en mode avion, quand je n’ai pas besoin d’accès Internet pour ma présentation. Là aussi, j’économise de la batterie. Cela réduit également les risques qu’un truc essaye de se mettre à jour ou qu’une notification s’affiche.
  • Je conserve à proximité : télécommande sans fil, adaptateur VGA — j’ai parlé plus longuement du matériel il y a quelques jours.

Je sais combien de temps mon ordinateur tient sur batterie dans des conditions de présentation8. Je sais donc si j’ai ou non besoin de le brancher au secteur. Et je tâche d’arriver avec une batterie pleine.


Lorsque vient le moment de vous installer — en avance, si la salle est libre :

  • Si vous le pouvez et sauf si vous avez au moins le double du nécessaire sur batterie, branchez votre PC au secteur
  • Connectez votre machine au projecteur. Vérifiez que l’écran s’affiche en entier, avec un ratio et une résolution acceptables, que la captation vidéo9 fonctionne.
  • Si vous avez besoin de son pour votre présentation10 : faites les branchements, un test pour vérifier le volume (vous aurez donc prévu un extrait spécialement pour) et le bon fonctionnement de la captation audio.
  • Débarassez-vous de tous vos accessoires et stockez-les dans le sac de votre ordinateur11 : portefeuille qui prend de la place dans la poche, montre qui brille sous les projecteurs, téléphone qui peut vibrer et/ou causer des interférences avec le micro, tour de cou / collier / chaine qui risqueraient de venir taper dans le micro, porte-clé ou pièces qui font gling-gling quand vous marchez…


Enfin, le feu des projecteurs ! Tous les regards sont tournés vers vous ! Ça y est : le moment de parler !

Avant d’attaquer, je respire un grand coup. Et j’essaye ensuite d’appliquer les principes suivants :

  • Parler à haute voix, en articulant.
  • Parler assez lentement12 pour être compris par le public : je connais mon sujet, mais les personnes qui m’écoutent auront besoin de réfléchir en même temps qu’elles écoutent.
  • Je tâche de ne pas donner plus d’informations que prévu lors des répétitions. Sinon, je dépasserai le temps qui m’est alloué et je ne pourrai pas finir ma présentation !

Par rapport à mes slides et au contenu de ma conférence :

  • Je regarde mes slides le moins possible. Si je regarde l’écran derrière moi, je tourne le dos au public et c’est désagréable pour l’assemblée ! Au maximum, je vérifie occasionnellement que le bon slide est affiché, que le bouton « slide suivant » de ma télécommande a bien fonctionné.
  • Je veille à ne pas lire mes slides — sauf pour des définitions très précises : les membres du public voient ce qui est affiché et n’ont pas besoin que quelqu’un leur prononce. Par contre, ils écouteront des informations et explications allant plus loin que ce qui est projeté ! Des slides qui ne contiennent que très peu de texte aident fortement, sur cet aspect.
  • Je ne lis pas les notes du présentateur affichées sur mon PC : je connais le sujet et n’ai pas besoin de ce support.

Et si j’oublie de donner une information ? Tant pis ! Je suis le seul à le savoir et l’audience ne se rendra pas compte que j’avais prévu, lors des répétitions, de dire quelque chose de plus !

Enfin, si je dis une bêtise ou si je bafouille un instant… Le public ne s’en est pas forcément aperçu et me pardonnera. Au pire, je fais une pause, je respire un grand coup, j’attends cinq secondes pour me calmer. Et ça repart !

Et je bois régulièrement une gorgée d’eau, pour m’humidifier la bouche — cela aide à parler plus clairement. Je bois généralement à la fin de chaque partie de ma conférence : cette petite pause accentue l’idée que j’ai fini de traiter un sujet et que je vais en attaquer un autre. Elle permet également à l’audience de réfléchir quelques secondes sur ce que je viens de présenter et aide à mentalement tourner la page.


Je participe occasionnellement à des conférences. Cet article fait partie d’une série où je partage mon expérience de speaker, en espérant que ces retours et/ou conseils vous aideront à vous lancer !



  1. Je n’ai encore jamais perdu de PC en conférence. Mais sous l’effet du stress, j’ai déjà vu des gens oublier momentanément où ils avaient mis leur sac. Le risque de vol est généralement faible, mais c’est arrivé sur certains évènements. 

  2. Prendre la parole en public n’est toujours pas naturel pour moi, même si je le fais régulièrement depuis bien 10 ans — et je ressens encore du stress avant, à chaque fois. Je le masque un peu mieux avec l’expérience et je sais que ça se passera bien, mais je ne suis pas détendu pour autant ! 

  3. Je suis parfois réveillé vers 4h30 ou 5h quand ma conférence est le matin… Et quasi impossible de retrouver le sommeil, ou je dors de toute manière ensuite très mal. 

  4. Pas trop proche de l’ordinateur ni du projecteur, la bouteille d’eau : avec le stress, vous pourriez rater un mouvement et la renverser. J’aime poser la mienne par terre ou sur une autre table. 

  5. Même indépendamment du stress, vous ne voulez pas être sur scène pendant une demi-heure en devant retenir votre vessie. Ce n’est pas drôle, croyez-moi — et vous aurez bien assez d’autres préoccupations comme ça ! 

  6. S’isoler n’est pas forcément une approche qui réussit à tout le monde. Chez certains, cela peut surtout vous donner l’occasion de vous poser plein de questions et de remettre la moitié de votre discours en cause — et ce n’est vraiment pas le moment ! 

  7. Discuter peut aider à penser à autre chose. Ça fait du bien, juste avant de se lancer ! 

  8. Avec un écran externe branché (ça peut jouer sur la carte graphique utilisée), avec une télécommande (donc ondes radio), en mode avion si possible… 

  9. S’il y a captation vidéo de votre conférence, un organisateur sera souvent présent pour s’en occuper. Il est là pour vous aider ;-) 

  10. Aujourd’hui, peu de présentations nécessitent un système audio. Si c’est le cas de la vôtre, vérifiez avec les organisateurs, avant l’évènement, qu’ils pourront vous fournir le matériel requis et/ou que la salle est équipée. 

  11. Le sac de votre ordinateur restera généralement à proximité de la scène. Vous pouvez donc y placer des objets de valeur. 

  12. Je sais que je parle assez vite et que le stress me fait accélérer, donc je tâche de faire tout particulièrement attention à mon rythme de parole. 

Vous avez apprécié cet article ? Faites-le savoir !

Ce blog a récemment été migré vers un générateur de sites statiques et je n'ai pas encore eu le temps de remettre un mécanisme de commentaires en place.

Avec un peu de chance, je parviendrai à m'en occuper d'ici quelques semaines ;-)