Speaker : pour une bonne conférence, répétez !

2 mars 2017speaker, conference

Si vous n’avez pas l’habitude de parler en public et si vous ne deviez entendre qu’un seul conseil, je vous dirais : « répétez ! »


En tant que speaker, répéter votre conférence vous permet :

  • De bien connaitre votre présentation, de savoir dans quel ordre les points s’enchainent. C’est ainsi que vous arriverez à des transitions naturelles.
  • D’avoir à l’esprit votre fil conducteur et vos principaux arguments. Vous pourrez alors parler en regardant votre public, au lieu de sans cesse revenir aux notes du présentateur.
  • De maitriser votre timing. Votre conférence ne sera donc pas interrompue avant la fin car durant trop longtemps.

Pour ajouter un dernier point, peut-être le plus important si vous débutez : chaque répétition1 vous fera gagner en assurance. C’est en répétant que vous deviendrez convaincu du fait que vous connaissez votre sujet et que vous êtes capable de le présenter, sur la durée qui vous est allouée.


Comment est-ce que je répète mes conférences, dans quelles conditions ?

Et bien, j’essaye de me rapprocher au maximum des conditions du jour J :

  • Je suis debout, dans une pièce assez calme sans musique ni TV, et je parle à haute voix.
  • J’utilise un matériel similaire à celui du jour J. En particulier, une télécommande pour passer d’un slide au suivant.
  • Je note l’heure2 à la fin de chaque section, pour ensuite calculer le temps passé sur chaque partie. Je sais ainsi quelles sections doivent être raccourcies ou allongées.
  • Je me comporte comme si je parlais à un public : je regarde là où seraient assis des gens, j’articule pour être compréhensible, je prononce des transitions entre chaque section.
  • Je me permets éventuellement d’essayer quelques pointes d’humour : autant éviter de les improviser devant un public, des fois ^^

Au risque d’avoir l’air un peu bête : être debout et bouger les bras me rapproche des conditions réelles dans lesquelles je présenterai ma conférence. Je ne parle pas à la même vitesse lorsque j’articule à haute voix et quand je parle dans ma tête ! Et certaines idées semblent parfaites dans ma tête, mais les prononcer prouve que je dois les retravailler.

Bien sûr, rien ne remplace parler devant des gens, à la fois pour s’habituer au stress que cela provoque et pour avoir des retours, commentaires et conseils. J’essaye donc, une fois ma conférence prête de :

  • La présenter à des vrais gens : collègues de travail, personne qui s’est proposée pour du mentoring…
  • La donner une première fois dans un cadre familier. Pour une conférence majeure, l’idéal à mes yeux est de la jouer à un usergroup local, quelques semaines avant la conférence nationale.


La question suivante est « combien de fois répéter ? »

Pour moi, la réponse dépend du type de conférence et des attentes des organisateurs et du public :

  • Pour une conférence formelle, dans un grand amphithéâtre3, devant plusieurs centaines de personnes ou dans le cadre d’un évènement payant ou d’une journée entière : le public s’attend à ce que la présentation soit assez carrée et je peux avoir besoin de me rassurer. Je vais donc répéter ma conférence intégralement, plusieurs fois — mettons entre 3 et 5 fois.
  • Pour une conférence plus détendue, comme un évènement d’une ou deux heures, en soirée, généralement gratuit4, je m’oriente sur quelque chose d’un peu plus souple. Je vais avoir tendance à répéter une ou deux fois certains passages, peut-être une fois la conférence entière. Mais rarement plus : je m’accorde un peu plus de liberté.
  • Enfin, pour un cadre informel et une présentation plus courte5, souvent devant une quinzaine de personnes avant de partager un verre ou un repas, je me permets de ne répéter qu’une fois ou même aucune : l’ambiance est plus détendue, laisse plus de place à la semi-improvisation. Je connais mon sujet et j’ai mes slides pour me guider, ça me suffit.

En complément, je vois trois raisons qui influent sur mon nombre de répétitions :

  • Lorsque la durée de la conférence est strictement fixée (par exemple, parce qu’une autre conférence suit), je vais répéter jusqu’à atteindre la durée attendue, à une ou deux minutes prêt. Pour une présentation qui doit durer 40 minutes et pas plus, je répète et itère sur le contenu jusqu’à tenir entre 38 et 39 minutes.
  • Lorsque j’ai confiance en moi parce que j’ai déjà donné une conférence similaire (ou plusieurs sections de cette conférence) auparavant, je répète moins.
  • Il y a quelques années, j’avais besoin de répéter un plus grand nombre de fois pour avoir confiance en moi. À l’inverse, j’ai maintenant besoin de répéter plus pour être satisfait de mon speech. À moi de trouver un juste milieu.

Si vous êtes débutant, que vous n’avez pas l’habitude de parler en public et que c’est quelque chose qui ne vous est pas naturel, vous répèterez probablement quelques fois de plus aujourd’hui que dans cinq ans ;-)


Pour terminer, un dernier conseil : ne répétez pas trop non plus, vous risqueriez de ne plus êtes naturel du tout lorsque vous donnerez votre conférence. Et, surtout, n’apprenez pas par cœur : avec le stress le jour J, vous risquez de vous perdre dans vos pensées et de prendre un grand coup de panique6.


Je participe occasionnellement à des conférences. Cet article fait partie d’une série où je partage mon expérience de speaker, en espérant que ces retours et/ou conseils vous aideront à vous lancer !



  1. Sauf peut-être la toute première, mais c’est normal : c’est celle qui va mettre en évidence les points sur lesquels votre déroulé ne tient pas la route ;-). Mieux vaut que ça soit dans votre salon lors d’une répétition et pas sur scène devant votre public ! 

  2. Noter l’heure est une opération simple qui ne demande pas de réfléchir. Cela me permet de rester dans le flow de ma répétition — alors que calculer depuis combien de temps je parle me forcerait à réfléchir et me ferait perdre le fil de ma présentation. 

  3. Je pense par exemple à des conférences que j’ai données au Forum PHP, au PHP Tour. Des évènements sur deux jours, payants, dans des salles pouvant recevoir plusieurs centaines de personnes. 

  4. Je pense ici à des meetups que de nombreuses communautés locales organisent une fois par mois, avec une conférence gratuite d’une à deux heures, en soirée. En province, le public de ce type d’évènement regroupe souvent entre 30 et 80 personnes. J’ai par exemple déjà animé des conférences de ce type avec différentes antennes (Lyon, Nantes, Marseille/Aix, Montpellier…) de l’AFUP. 

  5. Par exemple, j’ai à l’esprit à un évènement du genre « apéro PHP », où dix à vingt personnes se retrouvent dans un bar pour discuter — avec parfois une présentation peu formelle pour lancer la soirée. 

  6. Si jamais le coup de panique survient (ça peut arriver même sans par cœur) : faites une pause, respirez un grand coup (sisi, vous avez le droit !). Et, seulement après plusieurs secondes, reprenez. Ça ira bien mieux ainsi, croyez-moi ! 

Vous avez apprécié cet article ? Faites-le savoir !

Ce blog a récemment été migré vers un générateur de sites statiques et je n'ai pas encore eu le temps de remettre un mécanisme de commentaires en place.

Avec un peu de chance, je parviendrai à m'en occuper d'ici quelques semaines ;-)