Non, ce n'est pas du "travail" !

23 septembre 2014travail, histoire
 Cet article a été rédigé il y a plusieurs années et peut ne plus être tout à fait à jour…

Je suis parti quelques jours en vacances en famille cet été et, le soir, au lieu de regarder la télévision1, j’ai eu tendance à passer un peu de temps devant mon PC, principalement pour rédiger quelques articles2 qui ont été – ou seront – publiés sur ce blog3.

Sans surprise puisque cela m’arrive régulièrement depuis une dizaine d’années, il m’a été demandé si *« je travaillais »*4. C’est une question qui revient assez fréquemment5 et j’y suis désormais habitué, mais il ne me semble pas avoir déjà écrit sur le sujet6.


Alors, pour mettre les choses au clair : non, quand je suis devant mon PC chez moi (ou en vacances), je ne suis généralement pas en train de *travailler* au sens usuel du terme.

Au contraire, depuis le tout début de ma carrière, j’ai limité au maximum le fait de ramener du boulot à la maison – quitte à pour cela parfois faire des horaires tout à fait dé-raisonnables (voire contre-productifs7), comme ça m’est plusieurs fois arrivé dans le passé. En particulier, je tâche de ne pas bosser sur « les projets du boulot » lorsque je suis chez moi.


Mais cela ne m’empêche aucunement de pratiquer une activité de veille, y compris, occasionnellement, sur des projets que j’espère pouvoir introduire ensuite au bureau !

C’est aussi sur ce temps que je passe chez moi que j’écris des articles de blog, un livre sur le développement d’extensions PHP, que je me tiens à jour sur des points ayant ou non un lien avec mon activité professionnelle, ou même que je prépare mes sujets et répète pour des conférences.

Certaines fois, lorsque je suis face à une réaction « mais pourquoi tu fais ça ? » ou « mais tu travailles trop ! » quand j’explique avoir consacré une partie d’un week-end à une de ces activités, je me demande quelle aurait été la réaction si j’avais annoncé écrire un roman – plutôt qu’un article de blog ou un chapitre d’un livre technique


J’ai la chance d’exercer un métier dans un domaine passionnant8, extrêmement vaste et en perpétuelle évolution – bien assez pour que j’y consacre, avec plaisir, du temps en dehors des quelques dizaines d’heures hebdomadaires que représentent mon travail !

Alors, quand TF1 vend votre temps de cerveau à Coca-cola, laissez-moi consacrer le mien à mon enrichissement ;-)



  1. Entre les infos qui racontent éternellement la même bouillie, les séries américaines à la traduction et aux voix désastreuses, les films qui datent d’il y a des années et sont coupés par des publicités, les jeux stupides et les émissions de TV-pseudo-réalité, … je ne regrette définitivement pas de ne pas avoir de TV chez moi ! [return]
  2. J’ai par exemple profité de ces quelques jours de vacances pour (enfin !) rédiger l’article Développeur, j’ai survécu deux semaines sans café !, que j’avais à l’esprit depuis un peu plus d’un an ! [return]
  3. Ayant loué quelque chose comme l’avant-dernière maison la plus éloignée du centre-village, je n’avais pas de connexion internet à disposition (le téléphone recevait à peine ; et je n’avais même pas une connexion Edge stable). Je me suis donc rabattu sur l’écriture d’articles ne demandant pas trop de travaux de recherche (contrairement à d’autres sujets sur lesquels j’avais espérer pouvoir me pencher un peu plus pendant ces vacances). [return]
  4. Assez étrangement, on ne me demande jamais si je travaille lorsque je suis dans le canapé ou sur une chaise longue en train de lire… Même s’il s’agit d’un livre technique… [return]
  5. La question « mais tu as travaillé toute la journée ? » revient assez fréquemment lors de conversions téléphoniques, après que j’ai passé un samedi après-midi à coder ou à écrire. [return]
  6. Alors que j’ai déjà écrit un article allant dans l’autre sens : Non, c’est mon métier ! [return]
  7. Les horaires contre-productifs, ce n’est qu’après plusieurs années que j’ai réalisé que bosser 14h par jour pendant plusieurs semaines en périodes de rush ne faisait pas vraiment gagner de temps au projet : entre bosser efficacement 8h par jour et être crevé 14h par jour en ayant le sentiment de travailler trop (au détriment de tout ce qui n’est pas travail), le second choix n’est pas le meilleur ! [return]
  8. C’est un peu comme ça que j’en suis arrivé à faire des études en informatique après le BAC : n’ayant pas trop d’idée quant à mon avenir, j’ai commencé des études en lien avec un truc qui me plaisait – la programmation (et déjà à cette époque, je pratiquais beaucoup en dehors des heures de lycée – faute de métier. Et je m’amusais nettement plus sur les soirées que pendant la journée !). Par la suite, j’ai eu la chance que ça continue à me plaire une fois arrivé dans la vie professionnelle ^^ [return]